L'actualité de votre univers professionnel

Loire-Atlantique

Petits moulins de France partenariat gagnant

Publié le 13/11/2018
Petits moulins de France partenariat gagnant

Quand la minoterie Giraudineau à Pont-James (44) et Sébastien Mahé, artisan boulanger-pâtissier au Bignon, travaillent ensemble pour redonner du goût au pain, c’est le consommateur qui est gagnant !

Production locale, culture raisonnée et circuit court…La tendance est au retour aux sources et à la qualité des produits. Convaincue de l’influence de l’alimentation sur la santé, la minoterie Giraudineau (adhérent Petits Moulins de France), moulin familial indépendant du XIVe siècle, milite pour une agriculture respectueuse de l’environnement. Maître meunier depuis cinq générations, la minoterie produit depuis toujours des farines de qualité à partir de blés locaux. François Giraudineau explique : « En 1973, mon grand-père a fait figure de précurseur en s’engageant dans la filière bio. » Un deuxième moulin, dédié aux productions conventionnelles, est construit en 1992. 

Qualitatif et local

En reprenant les rênes de l’affaire familiale en 2014, François met en place un process de qualité rigoureux afin d’optimiser ses farines conventionnelles, bio, tradition française, seigle, blé noir, grand épeautre, etc. Il réalise les trois quarts de son approvisionnement en céréales auprès des agriculteurs locaux, dans un rayon de 70 à 100 km maximum : « Je me fournis plus loin uniquement si les variétés de céréales ne sont pas disponibles sur le territoire ou si elles sont de meilleure qualité ailleurs. » Cette proximité, il la cultive avec les boulangers dont certains étaient déjà livrés par son grand-père et son père : « Notre rapport est basé sur une relation de confiance. Les boulangers sont friands d’innovation et de nouvelles techniques. Il existe chez eux une véritable envie d’accompagnement vers une amélioration constante. Ensemble, nous optimisons des farines, développons des recettes et des méthodes personnalisées. » François Giraudineau a été le premier meunier de France à signer un contrat avec Petits Moulins de France. « Les marques de farines présentes sur le département ne mettent pas assez la tradition française en avant. En artisanat, c’est une valeur sûre et porteuse qu’il ne faut pas lâcher. À trop vouloir simplifier le métier de boulanger, on a sacrifié la qualité du pain. Le client a plus de pouvoir qu’il ne le croit pour faire changer la donne en matière de pain de qualité : c’est à lui de décider et au boulanger de répondre à sa demande. Privilégier le bon pain, c’est une question d’éducation, un état d’esprit, un acte militant presque, mais ce sont surtout de belles histoires de personnes et de rencontres. »

Échange et écoute pour s'améliorer

Sébastien Mahé, artisan boulanger (Le Bignon), travaille avec François Giraudineau depuis cinq ans. Cette relation dépasse le cadre professionnel, c’est une vraie relation humaine. « C’est lui qui nous a aidés à trouver cette nouvelle affaire quand nous avons voulu nous installer. » Au fil du temps, les époux Mahé ont assisté à l’évolution de la minoterie familiale : « Nous les soutenons dans leur démarche en faveur d’un pain de tradition française. » Le contact humain est une des pierres angulaires de leur coopération : « Les représentants des grands moulins changent régulièrement, il n’y a pas de suivi. En outre, ils ne sont pas forcément qualifiés pour répondre à certaines de nos problématiques. Avec François Giraudineau, je fais office de démonstrateur. Je lui dis si les farines ne répondent pas, si elles sont plus difficiles à travailler qu’escompté. Il peut même me prêter du matériel si besoin. Quand il vient livrer la farine, nous échangeons nos impressions, il m’apporte ses conseils. Une telle collaboration et une telle réactivité sont impossibles avec un représentant. Et comme son moulin est situé à moins de 20 km d’ici, je sais que je peux compter sur lui si j’ai besoin d’être dépanné un week-end. » Le Bignon, à 10 km de Nantes, est une agglomération rurale aux habitudes bien ancrées. Ce qui ne décourage pas Delphine Mahé : « On propose de nouveaux types de pain à nos clients au moment des fêtes de fin d’année. Le meunier crée pour nous des farines spéciales en petite quantité. À partir de fournées test, on peut savoir quel type de pain fonctionne le mieux auprès de la clientèle. »

À propos de PMF 
Créé en 2006, le groupement Petits Moulins de France (PMF) rassemble 60 meuniers indépendants qui défendent les valeurs d’une meunerie de proximité où toute la filière est respectée, du producteur de blé, au consommateur de pain. PMF défend la baguette de tradition française à fermentation lente, fabriquée à partir d’une farine certifiée par le laboratoire indépendant Lempa.