L'actualité de votre univers professionnel

Trois Questions à...

Serge Reynard, Expert de la boulangerie

Publié le 26/10/2020 |

Serge Reynard bénéficie d’une longue expérience de meunier pendant plus de 45 ans en France. Il donne son avis à propos du label "Boulanger de France", une occasion pour un boulanger de faire reconnaitre son savoir-faire artisanal et se démarquer des chaînes de boulangerie. Une chance unique pour la boulangerie artisanale à saisir d’urgence !

Quelle est la stratégie des chaînes de boulangerie ?

« Les chaînes vont continuer à se développer et seront beaucoup plus destructrices pour les artisans que ne l’ont été les grandes surfaces et les points chauds. Ces points de vente ont été bien étudiés et cochent toutes les cases pour arriver à leurs fins : emplacement réfléchi en termes de passage, de stationnement, de facilité pour les livraisons afin de déposer par exemple, la farine en quantité importante par palette, ce qui permet d’obtenir des tarifs imbattables. L’agencement des magasins est conçu afin de faire circuler le client devant les produits attractifs (pâtisserie) exposés en quantité abondante. Le fournil visible par les clients semble faire croire que tout est fabriqué sur place. La politique commerciale est très agressive. Sur certains points, les artisans pourraient s’en inspirer : pains vendus par lots, produits invendus en fin de journée à moitié prix, snacking abondant frais et varié, pâtisserie boulangère, etc. Celle des chaînes est fabriquée de façon industrielle à des prix attractifs ».

Pourquoi afficher « Boulanger de France » ?

« Si les artisans boulangers souhaitent avoir une chance de continuer d’être encore là demain, il est impératif qu’ils réagissent rapidement en se démarquent et surtout qu’ils présentent la preuve de leurs différences. Boulanger de France est une occasion unique de faire cette différence ! Et la certification par un organisme indépendant est la seule façon d’amener cette preuve qui éliminera les doutes des clients ».

Pourquoi la certification des boulangers est-elle indispensable ?

« Cette démonstration va avoir un coût et il va falloir consacrer un peu de temps pour préparer cette certification. Si les artisans boulangers veulent apporter la preuve de ce qu’ils affirment, ils vont devoir faire appel à un organisme certificateur, car trop d’abus ont été commis et aujourd’hui la clientèle n’a plus confiance. Sans doute, les artisans auraient dû réagir plus tôt ! Vous êtes nombreux à trouver que payer pour travailler, c’est anormal. Qui est à l’origine des doutes des consommateurs ? Posez-vous la question ! Vos fournisseurs depuis longtemps sont tenus de se faire certifier pour vendre leurs produits. Et ils ont été obligés de payer pour travailler bien avant les artisans. Les temps changent, à vous de vous adapter ou disparaitre. Vive la boulangerie artisanale ! ».