L'actualité de votre univers professionnel

Trois Questions à...

Sandrine Ribot, boulangère à Laval

Publié le 09/06/2020 |

Présidente de la Fédération des boulangers de la Mayenne depuis 3 ans, Sandrine Ribot (La Petite Boul’Ange) est toujours prête à aider les autres. Explications.

Quelles ont été vos initiatives pendant la crise ?

Je n’ai pas baissé les bras ! C’est mon tempérament avec Hervé mon mari. Durant 2 mois, nous avons réalisé plusieurs initiatives pour redonner le sourire à nos clients. On a dessiné une marelle devant la boulangerie et cela a rappelé des souvenirs à certains anciens. Nous avons multiplié les gestes solidaires : distribution de chouquettes aux Ehpad et à l’hôpital, livraison de paniers pique-nique sur une aire d’autoroute pour les routiers, sous la houlette de la Protection civile, mise à disposition d’attestations de déplacement, vente de muguet pour une fleuriste, etc.

Comment s’est passé la vente pendant le confinement ?

Je n’ai pas porté de masque, ni mon apprentie vendeuse mais les règles de distanciation étaient respectées. Des plaques de Plexiglas ont été installées au niveau de la caisse et de certaines vitrines. On a pris beaucoup de commandes, assuré les livraisons et fabriqué des produits différents : pains burgers, préparations prêtes à l’emploi de cookies, pains spéciaux, etc. 

Quels conseils donneriez-vous à une jeune boulangère ?

 Avoir le sourire, offrir un service et miser sur la qualité des produits. Tel est mon credo toute la journée. Installée au centre-ville de Laval, j’ai appris le métier sur le tas (cela fait 23 ans) mais je conseille aux jeunes vendeuses de se former également. Aujourd’hui, je connais tous mes clients et je les appelle par leur nom ou prénom.  

  Facebook : La Petite Boul'ange