L'actualité de votre univers professionnel

Expert

Le distributeur, c’est pas automatique ?

Publié le 19/09/2019 |

 

Chaque année, dans son journal de 13  heures, Jean-Pierre Pernaut lance une opération « SOS Villages » afin d’aider la relance des commerces en milieu rural. À l’instar de la restauration, l’activité boulangerie y est bien représentée.

Le lien social que génère une boulangerie n’est plus à démontrer, un nombre croissant de maires en milieu rural considèrent les commerces comme un service à rendre à leurs administrés. Les accompagnements financiers des municipalités sont légion pour remettre au sein du village une activité boulangère, entre autres.

En effet, si les moyens financiers sont moindres, les équipes municipales font preuve d’ingéniosité : 

•  un dépôt de pain en mairie comme à Arfons, dans le Tarn ;

•  la livraison du pain par le facteur à Guérigny, dans la Nièvre  ;

•  des boîtes à pain numérotées au cœur du village de Bannes, en Mayenne…

C’est aussi cela la notion de service !

Au-delà de nos métiers, une municipalité a négocié avec la Brink’s pour réinstaller un distributeur automatique de billets (DAB) après la fermeture progressive des agences bancaires. Belle idée que celle de la Brink’s, il s’agit simplement d’un DAB, un « Point Cash Village » sans affiliation à une enseigne. La notion de service est pleinement remplie par la mairie de Locmaria-Plouzané dans le 29 (Finistère) !

À Saint-Vaast, dans la Manche, c’est un ostréiculteur qui a installé un distributeur automatique d’huîtres, grâce au soutien financier de fonds européens et de la Région Normandie. À Teyran, dans l’Hérault, c’est un agriculteur qui utilise désormais ce type de matériel pour vendre une partie de sa production de fruits et légumes. À Paulmy, dans le sud de la Touraine, ce sont les administrés qui ont demandé au maire une épicerie automatique… Un boulanger y a également installé son distributeur. Au Buret, en Mayenne, c’est l’emplacement de l’ancienne cabine téléphonique, aménagé par la mairie, qui a accueilli un distributeur automatique de pains, achalandé par un boulanger d’une commune voisine.

Pouvons-nous, aujourd’hui, laisser passer ces opportunités ? Soyons acteurs et non plus spectateurs ! Le financement ne doit pas être un frein, les municipalités sont prêtes à nous aider et probablement notre meunier.

Dernier et triste exemple pour nous. Sur la commune nouvelle d’Évron (53), c’est Super U qui a candidaté officiellement le premier à l’installation d’un distributeur de pains. En effet, après avoir sollicité des boulangers de sa commune, le maire s’est vu répondre par ces derniers qu’ils n’étaient pas intéressés…

Distribuer le pain, pour vous, c’est automatique ?

1div class="articles-similaires-titre">Egalement dans lemondedesboulangers.fr